Forum RGP sur le manga Hunter x Hunter
 

Partagez | 
 

 Peuple Nor'Van

Aller en bas 
AuteurMessage
Läyan Lucifer
Femme du Boss
Femme du Boss
avatar

Messages : 99
Xp : 74
Date d'inscription : 18/10/2014
Age : 23

Feuille de personnage
Groupe: Brigade Fantôme
Type de Nen: Spécialisation
Relations:

MessageSujet: Peuple Nor'Van    Mar 11 Nov - 13:49



Nor'Van

Ülr est grande, Ülr est puissante


Généralité ~

Nom : Peuple du Nor'van ou Peuple Nor’Van
Lieu de vie: Région de Nor'Van, tout au nord du continent de Kakin.
Population: Une densité dite faible par rapport à d'autre région de Kakin, cependant de nombreux villages sont présent dans la région de Nor'Van.
Religion: Croyance en la déesse Ülr, déesse de la nature.
Langage : Le peuple Nor’Van possède sa propre langue natal : Ülr’naï (Langue de Ülr). Il s’agit d’une langue complexe, souvent difficile à comprendre quand un individu parle rapidement. Pour ce peuple du nord, leur langue est un héritage du passé qu’il tienne à conserver. Cependant, le langage ordinaire (celui parler par la plupart des personnes dans le monde HxH) est parler par les villages se trouvant en bord de mer et se répand doucement à travers les montagnes.
Personne parlant l’Ülr’nai : Läyan Lucifer, Koryuu Namida (mort), … (place disponible, il vous est possible d’apprendre cette langue si vous le désiré).
Ouverture au reste du monde : Faible.
Développement Technologique: Quasiment nul. Les Nor'Van communique sur de longues distance avec des oiseaux en été et des messagers humains en hiver.

Région de Nor’Van ~


Si vous affectionné les paysage blanc à perte de vue, le froid persistant et les rafales de vent à vous geler sur place, alors cette région est faite pour vous ! Situer tout au nord du continent de Kakin, la région de Nor’van est l’une des moins amical qu’on eut connue.
Principalement parcourue par des montagnes et des forêts de pins, la vie y est difficile. La terre et les berges sont souvent frapper par de vent violent et un froid mordant. Si, fut un temps, la plage couverte de cailloux n’était le lieu le plus fréquenté par le peuple Nor’Van, ses dernières décennie sont apparue quelques ports leur permettant de commercer avec quelques régions voisines.

Bien que le climat s’adoucit quand viens le printemps et l’été, c’est la montagne qui décidera quand la neige partira avec les nuages et laissera la terre féconde aux habitants. L’hiver, en revanche, arrive tôt et semble sans pitié. La neige recouvre les montagnes en quelques semaines à peine et le froid retrouve de sa vigueur à mesure que le soleil disparait derrière les grands nuages gris. Dans ses conditions, la culture es terres de la région de Nor’Van est une chose impossible. C’est pour cette raison que le peuple de Nor’Van s’ouvre doucement au reste du monde. Ne pouvant cultiver plus que du fourrage pour leur étranges bétails, le désir d’obtenir des vivres pour l’hiver les à pousser aux fils des années à quitter doucement leur montagne pour obtenir des céréales dignes de ce noms en échange de poisson, ainsi que de la laine de grande qualité sans laquelle tout étranger serait voué à mourir au bout de quelques heures perdu dans les montagnes.

Bien que le commerce maritime se développe de plus en plus, avec le désir de vivre mieux, la grande majorité du peuple Nor’Van sont très conservateur des traditions et vivent dans des villages perdu quelques part dans les montagnes.

Caractéristique physique et mental des Nor’Van ~

Si vous imaginez des personnes rustre et peu amical, une sorte de Viking en terrestre, alors vous aurez là une bonne représentation de ce qu’est un Nor’Van.

Vivant dans un environnement froid et hostile, les populations Nor’Van sont donc généreusement formé. Le travail leurs donne des muscles qu’ils ne cessent de travailler et les repas riches donne au plus gourmands un vendre arrondis. Cependant, le cas de personne atteinte d’obésité n’est pas si courant que cela dans les communautés Nor’Van.
Si les hommes sont grand, ont de large épaules et des bras parfois semblables à des cuisses, les femmes sont quant à elle une morphologie varié, cependant il est rare de trouver des femmes de petites tailles.. A l’image des hommes, elles sont fortes et robuste.

La morphologie Nor’Van est donc principalement robuste et puissante, bien qu’elle peut varié beaucoup en fonction des individués. Il est cependant très rare de trouver des Nor’Van avec des yeux clair ou une chevelure blonde.
 
Caractériellement parlant, les Nor’van sont des ours mal léché et très borné. Au premier abord surement, car les Nor’Van sont de nature méfiante et protecteurs que ce soit pour leur famille, leur village ou leur culture tout simplement. Si un étranger les approche, il se retrouvera face à un homme ou une femme de grande taille au visage fermer et grommelant souvent, s’il essaye de négocier, il ou elle refusera surement tout pacte. Quant aux potentiels ennemis qui voudraient s’en prendre à l’un d’eux, il se retrouvera vite avec trois chasseurs à ses trousses. Il faudra bien l’admettre, qu’ils vivent dans les montagnes ou sur la berge, les Nor’Van vous ressembleront plus à des animaux qu’à des humains.

Mais, par pitié, ne vous fiez pas aux apparences, soyez aimable et présentez-vous comme il se doit à un Nor’Van. Borné ? Tous les Nor’Van le sont, alors soyez patient et essayer de les comprendre sans vous montrez trop intrusif. Proposez votre aide, vos services, respecter les eux et leur dieu et vous verrez alors leur autre visage. Le visage d’un peuple souriant et solidaire, celui d’un groupe rustre, mais débordant de gentillesse et de loyauté. Vivre à leur conté vous apprendront de nombreuses valeurs auxquels ils tiennent beaucoup tel que l’hospitalité, le partage et l’entraide, car sans ses qualités, vous ne pourrez survivre à la montagne.

Bien entendu, pour découvrir tout cela, il vous faudra vous faire accepter de ce peuple renfermer et conservateur, mais chaque chef de village met un point d’honneur à faire respecter ce dicton : « Il se peut que le sang des Nor’Van ne coule pas en ses veines, cependant si l’étranger porte en lui le cœur des Nor’Van, alors c’est qu’il fait partie des nôtres ».

Mode de vie et rituel ~

La mode de vie des Nor’van est assez simple. Quand le temps est clément, ils sortent cultiver les terres ou aller couper du bois, et quand le soleil n’est pas des leurs-il vague à leur occupation en donnant quelques fêtes à l’intérieur de leur chaumière ou en effectuant quelques activités manuelles telles que le tricot ou la sculpture sur des petits morceaux de bois. Cependant le bois est généralement garder pour chauffer les demeure et c’est la pierre qui est taillé pour crée des sculptures qui prendront place dans le village, les petites sculptures de bois sont réserver pour les enfants.

Leur maison est spécialement battis pour conserver la chaleur. Les murs qui sont en contact avec l’extérieur sont doubles, c’est-à-dire qu’il faut passé deux portes pour accéder à l’intérieur. Dans chaque chambre se trouve un petit foyer pour réchauffé la pièce et partout dans la demeure, on trouve des peaux et des vêtements pour nous réchauffé. Cependant, l’intérieur de la maison est si chaud qu’on peut se promener jambes et bras nue sans jamais sentir le besoin de se couvrir.

Les Nor’Van consomme peu, vous pas, le viande que pourrait leur donner les Yatan, ses drôles de créatures semblables à des Yacks, bien que beaucoup plus poilue, sont très apprécié des Nor’Van pour la laine de grandes qualité qu’ils produisent et qu’ils récoltent en été. Cette laine leur permet de crée des vêtements très chaud leur permettant de résisté au froid de l’hiver, après quelques mélange avec des teintures crée à partir de matériaux naturel, les Nor’Van sont capable de crée des motifs varier sur leur vêtement. Généralement, ses motifs représente ce qu’ils respectent le plus, la nature, les animaux qui les aide à survivre ou alors une fêtes. Rare sont les motifs relatant leur histoire, par ailleurs, celle-ci se perd à travers les ages, car même s’ils ont la capacité d’écrire, les Nor’Van ne considèrent pas que leur vie est besoin d’être rédigé quelques compté et seuls les plus anciens sont là pour comptés les faits les plus marquants.

Pour combler le besoin de viandes, les hommes de ce peuple parte chassé dans la forêt qui les entourent. Cependant, la forêt est le royaume de leur déesse et il est de leur devoir d’abattre leur proie tout en remerciant cette dernière de les laisser chasseur sur son domaine. Les Nor’Van sont très respectueux de la nature, ainsi ne chassent-ils pas plus que nécessaire et quand le printemps reviens, il plante les graines des arbres qu’ils ont coupé pour leur permettre de profité de la vie qu’Ülr leur donne.

Les mariages et les familles ne se fond pas en un claquement de doigts ou avec un choix égoïste de parents. Chez les Nor’Van, ce sont les femmes qui choisissent leur époux, et cela pour toute leur vie. Chaque année, lors de l’équinoxe du printemps, les jeunes femmes qui n’ont pas trouvé de compagnon se parent de leur robes la plus légères et danse toutes la journée dans le village, cherchant à montrer leur robustesse, leur souplesses et leurs forment, et elles s'en fond danser et chanter à travers le village. La même fête se déroulent lors de l’équinoxe d’hiver, mais celle-ci durent moins longtemps à cause du froid. Les hommes n’ont pas de fête particulière, mais ils ont toute l’année pour chercher à conquérir la femme de leur rêve en faisant des démonstrations de multiples démonstration de leur talent, cela peut aller des démonstrations de force jusqu’à montrer son empathie envers les bêtes et les hommes.

Une chose remarquable chez les Nor’Van est l’absence de riche et de pauvre. Cette société équitable est à beau être diriger par un chef, dont on retrouve la demeure au centre du village, chacun possède les mêmes richesses que sont voisins. Cela est dut au partage entre les habitants, de plus, les Nor’Van commerce souvent en faisant du troc. La notion de richesse est donc une chose bien futile pour eux.

Outre les fêtes des équinoxes, deux autres fêtes sont importantes chez eux. Premièrement, le Pan’Ülr, qui est une grande fête aillant lieu en plien milieu de l’hiver, les habitants se rassemble dans la demeure du chef et partage leur nourriture autour d’une grande table, buvant et riant ensemble, s’offrant quand ils le peuvent des petits présents. La seconde est la Grand Chasse, se déroulant pendant une semaine les hommes portes dans les montagnes chassées l’Ours Montagne, symbole de la divinité Ür.

Les noms Nor'Van sont généralement composé et on souvent une signification. Voici quelques exemple: Thoo'ran, Menn'ray, Vu'rut.
Il arrive aussi que certains porte des prénoms simple, sans grande signification, par exemple: Kida, Nita, Nasaï, Turl, Ywan.

« Ülr est grande, Ülr puissante » ~

Le peuple Nor’Van est monothéiste, il ne croit qu’en Ülr, déesse de la nature. Leur bienfaitrice est dite être la fille de la forêt et d’Ür, un seigneur ours déchu de son trône après des années de tyrannie. Ülr est la protectrice des montagnes et de tout ce qui s’y trouve, pourtant secoue à l’enfant perdu et au chasseur mourant.

Il n’y pas de texte, de bas-relief ou même d’image de la déesse à proprement parler, car les Nor’Van la considèrent comme omniprésente. Ainsi, dans chaque foyer se trouvera un symbole représentatif de la déesse, soit le dessin ou une branche de Cyprès, symbole de la vie ou un petit cercle en fer graver avec une des devises de la déesse.

Si rien ne représente plus Ülr que la forêt, certaines personnes ont trouvé, après de longue et fastidieuse recherche, des textes et mêmes quelques dessins représentant la divinité. Elle serait petite et sa tignasse rousse serait semblable à celle de l’imposant lion des montagnes, des yeux noisettes animé de vie, chevauchant un Sarsav, étrange chèvre aussi grand et robuste qu’un cheval. Dans les récits qui ont été découvert, la rousse représente toute les valeurs que les Nor’Van trouve louable, respectueuse envers ses confrères et la forêt, courageuse et généreuse. Les textes découvert par ses personnes sont très peu connue par le peuple Nor’Van, cependant ses derniers laisse entendre qu’avant de devenir une divinité, Ülr était humaine.

Les causes de sa mort sont cependant obscure, certains passage parle de combats pour défendre la région de Nor’Van, si bien que certaines personnes suggères qu’elle a perdu la vie pendant l’une de ses bétail. Cependant, un passage a été ressèment découvert et conduit à penser que la rouquine est morte en donnant son manteau à des enfants égaré pour les sauvé du froid d’une tempête.

Comme beaucoup d’autre civilisation, le métier de prêtre existe. Cependant, ce dernier est appeler « Disciple d’Ülr » et est réserver aux femmes. Ses dernières ont le droit de se marier et d’avoir des enfants, mais doivent porter de nombreux symboles signifiant leur appartenance (Bijoux en fer, motif du cyprès, des montagnes, ect…), doivent connaitre toutes les plantes médicinal pouvant se trouver dans les forêts et les montagnes de la région et également connaitre l’un de ses deux lieux sur le bout des doigts. Les disciples d’Ürl fond alors office de médecin et de guide. En moyenne, on trouve entre deux et quatre disciples par villages.

Ür ~

Ür est un dieu ours, qu’on dit être un ancien roi tyrannique déchu de son trône. Il est présenté comme un dieu mauvais, naturellement violent et capricieux. Ür n’est plus respecter des Nor’Van depuis fort longtemps et les plus jeunes l’ont oublié. Aujourd’hui, pour la majorité de la population, il n’est guère plus qu’un croque-mitaine.

Cependant, tout le monde n’a pas oublié le grand dieu ours. Au fin fond des montagnes de la région de Nor’Van, là où le froid est le plus cruel et le vent le plus violent, vie terrer au fond d’une grande demeure de pierre, un peuple à part lui aillant juré fidélité.
Privé de lumière depuis des années, les Héritier d’Ür sont des prêts guerriers vivants gagnés à l’abri du reste du monde. S’ils sont de taille et de poids variable, ils possèdent tous des cheveux blanc et une musculature développé ou une souplesse remarquable. Ils sont tout, sauf aimable. Il attaque souvent sans réfléchir, fond souvent preuves d’une cruauté sans pareil, au nom du dieu oublié de tous. Les enfants sont formé des leurs plus jeunes âges au combat et à la chasse, ils apprennent à manier le nen et diverse armes dans le seul but de tuer. S’il arrive que certains enfants, une fois adolescent, quitte le refuge pour partir voir le monde, mais cela reste rare.

Cette communauté était jadis entièrement composée d’hommes, mais ses vingt dernières années ont vu apparaitre des femmes aux seins de la communauté. Loin d’être des jouets sexuels, les femmes ont un rôle des plus importants : Elever les enfants recueillit dans les montagnes et cultivé la terre dissimuler au sous-sol de la grande demeure. Elles ne combattent pas, servent généralement de nourrices, mais également d’interprète, car rare sont les hommes capables de comprendre le langage du monde extérieur.

Les symboles d’Ür sont la dent d’un Ours-Montagne, que ses héritiers ont chassé au préalable, ainsi qu’un blason représentant un Ours-Montage, couramment représenté sur le plastron des Sarsav qu’il chevauche.

On dit que les héritiers d’Ür possèdent l’accent royal. Il s’agit d’une particularité linguistique qu’est de prononcer certaines lettres que le peuple vivant plus en contrebas aurait tendance à effacer ou mâché. Par exemple, il arrive que les villageois en parlant trop vite prononce efface une lettre au nom de leur divinité en disent « Ül » ou encore au lieu de dire « Värtio nursis Ülr » (qui signifie : Retourne auprès de Ülr), il le prononce «  Värtin’ursis Ül ».  

Hiérarchie ~
(classement du plus important, au moins important)

Dans les villages Nor'Van commun.

Chef du village: Membre le plus haut placer, il est élue par les villageois à la mort d'un ancien chef. Il n'est pas plus fortuné que les autres Nor'Van, mais possède une maison au coeur du village et prend les renes du village quand une situation urgente ou compliquer ce présente. Le rang de "Femme du Chef" n'a aucune valeur chez les Nor'Van, car ce n'est pas cette dernière qui les dirigera en cas de problème et que ce n'est qu'un hasard si elle est l'épouse de ce dernier. Cependant, une femme peut-être chef si le peuple l'élis ou l'épouse du chef peut prendre temporairement la place de son époux s'il viens à quitter le village. En cas de mort de ce dernier, elle perd le titre de "Femme du chef" et un nouveau vote est mis en place.

Disciple d'Ülr: Poste réserver uniquement aux femmes. Le rang de Disciple d'Ülr est un équivalent du rang de prêtresse. Pour l'obtenir, il faut connaitre tout une région sur le bout des doigts (qu'elle soit un morceau de fôret ou de montagne), ainsi que toutes les plantes et remède s'y trouvant. C'est un rôle très important au seins du village, car les disciple servent de représentante de la déesse de la nature, mais également de médecin et de guide. A noté que ses dernières ont le droit de se marier et d'avoir une famille.

Villageois et chasseurs: Quelques soit leur métiers ou leur grades, les villageois et les chasseurs n'ont qu'un but : rapporter de quoi survivre tout en respectant les volontés d'Ülr. Il est possible d'obtenir le rang de villageois Nor'Van à condition que le chef juge que vous possédé le coeur et la volonté d'un Nor'Van.

Dans le sanctuaire d'Ür, chateau se trouvant dans les montagnes les plus reculer, il habrite tout une autre communauté Nor'Van :

Fils aîné d'Ür: Considéré comme chef et meneur, le Fils Aîné d'Ür n'est pas forcement le plus ancien des héritiers du dieu ours. Il est cependant le plus fort des héritiers du sanctuaire et souvent le plus violent, c'est lui qui prend toutes les décision importante et dirige le lieux et les prières. Le Fils aîné n'est pas choisir par ses frères, mais doit imposé comme étant le plus puissant de tous.

Compagne d'Ür: Grande uniquement réserver aux femmes. Ses dernières sont très précieuses aux héritiers d'Ür, au point où ses derniers les chérisses, les protèges et leur aporte tout le confort dont elle ont besoin. Les compagnes d'Ür ne sont pas de nature égoiste ou vaniteuse, ce sont des femmes humble qui connaissent la dureté du monde extérieur. Comme les disciple d'Ülr, elles connaissent leur région sur le bout des doigts, les remède qu'on peut y trouver. Elle sont donc les médecins des héritiers d'Ür, mais elles sont aussi responsable de l'éducation des enfants qui ont été recueillit, de l'entretien du sanctuaire et son souvent de très bonnes interprètes.
Les compagnes d'Ür sont si précieuses qu'elles ne sont pas autorisé à sortir du sanctuaire sans la présence d'un héritier d'Ür pour les protéger.

Héritier d'Ür: Équivalent de prêtre ou de frère, les hommes aillant obtenue ce rang sont considéré comme des soldats parfaitement entraîné. Prêtre guerrier ? Sans nul doute. On les voit souvent chevauché des Sarsav pour parcourir les montagnes à la recherche de nourriture ou d'ennemis à abattre. La plupart des héritiers n'aillant jamais pris connaissance, ils ne parle que le Nor'Van et ne comprenne rien à la langue la plus rependu du monde, pour communiquer avec eux, il faut passé par l'intermédiaire d'une Compagne pour qu'elle traduise ce que vous leur demanderez.

Apprenties : Ce sont des enfants entre 7 et 17, dès fois moins, qui apprennent l'art du combat, du nen et l'histoire d'Ür dans le but de devenir héritier d'Ür. Les filles ne sont pas autorisé à suivre cet entrainnement.

Orphelins des montagnes: Ce sont des enfants recueillit par les héritiers d'Ür, ils sont pris en charge et élever par les compagnes d'Ür.


Petit bestiaires de la région de Nor’Van ~

Sarsav : Chèvre de la taille d’un cheval, aussi robuste que ce dernier le Sarsav est la monture des héritiers d’Ür, car il est idéal pour parcourir les montagnes. Cependant, on peut aisément le trouver dans les montagnes et quelques fois dans les villages. Pour subvenir à ses besoins nutritionnel, le Sarsav n’hésite pas à s’attaque à l’écorce des arbres et aux épines les plus robustes. Il est généralement considéré comme un ravageur, car il vient consommer le fourrage des Yatan. Son pelage est généralement blanc ou gris, mais ils virent aux bruns ou au noir quand viens le printemps. Les mâles sont reconnaissables à leur corne surdéveloppée et les femelles en portes des plus petites. Ses dernières ont en générale un petit tous les deux ans.

Yatan : Sorte de Yack, il porte de la laine en quantité, au point où il ne ressemble qu’à un amas de poil l’hiver venu. Cet animal c’est laisser domestiquer par les Nor’Van il y a fort longtemps, leur fournissant sa laine quand viens l’été en échange de nourriture et de protection l’hiver venue. Ils vivent généralement en harde avec un mal dominant et une dizaine de femelle aillant un petit tous les trois ans.

Ours-Montagnes : Il s’agit d’ours gigantesque présent dans les montagnes. On ne sait pas trop ce que sont les grosses bosses qui recouvre sont dos, mais ses dernières lui ont value son nom. A noté qu’il n’y a rien de plus terrible que de réveillé un Ours-Montagne endormi, si c’est le cas, il vous poursuivra jusqu’à vous tuer.

Lion des montagnes : Ce gros matou est en réalité un gros lion couverts d’une grosse fourrure blanche ou grise. Rien de très différents d’un lion classique, si ce n’est qu’il est plus grand et que sa fourrure est plus épaisse.


Fiche par Magical de Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Peuple Nor'Van
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» Par Mario Barthelot la victoire du peuple
» Quel peuple terrien pour arda?
» Les drúedain et le peuple de Haleth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter x Hunter RPG :: Nos personnages :: Présentations :: Nos grandes familles-
Sauter vers: