Forum RGP sur le manga Hunter x Hunter
 

Partagez | 
 

 Canni-Bal [PV Ellie/Irumi + Entrée Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ellie Lévy
Admin' préférée
Admin' préférée
avatar

Messages : 69
Xp : 70
Date d'inscription : 18/10/2014

MessageSujet: Canni-Bal [PV Ellie/Irumi + Entrée Libre]   Mer 12 Nov - 21:41

« ELIZABETH ! »

La voix de Cornell retentit dans le couloir et Ellie leva la tête de son écran pour la première fois depuis longtemps. Son pauvre cou émit un petit craquement plaintif d’ailleurs et elle put se le frotter avant avant que son tuteur adoré ne déboule dans sa chambre en claquant la porte.

Il était à moitié nu, portant juste une serviette au niveau de sa taille, occupé à l’empêcher de tomber d’une main, tout en se tenant furieusement contre le mur, déséquilibré par sa jambe paralysée, à l’aspect gris. Apparemment, vu l’état de sa peau et ses cheveux noirs collés à son front : il avait tenté de prendre une douche.

Oh.

Ellie comprit aussitôt l’origine du problème et baissa les yeux, piochant dans un paquet de chips à côté de son clavier :

-Y’a écrit : « frappez avant d’entrer » sur ma porte. Ressort, frappe.

Cornell vira au rouge, puis tourna des talons, claqua la porte derrière lui. Puis, il frappa docilement, trois coups. Ellie leva le nez et déclara :

-Je veux voir personne, laissez un message après le BIIIII-

Cornell entra alors qu’elle était occupée à imiter le cri strident du répondeur. Ce petit jeu ne l’amusait plus du tout. Avant, il aimait bien quand elle faisait l’adolescente. Peut-être devait-elle enfiler un casque sur ses oreilles et mettre de la musique, ça marchait assez bien pour l’ignorer et le faire partir.

-Tu ne devrais pas entrer dans la chambre d’une fille tout nu, y’a des gens qui pourraient mal comprendre tes intentions. Pas moi, hein. Mais des gens. Joshua par exemple.

Elle pointa du doigt le petite garçon qui dormait –comme s’il pouvait faire autre chose- dans le lit d’à côté. Cornell poussa un soupir exaspéré et se plaqua les cheveux en arrière, comme épuisé :

-Et toi tu ne devrais pas planquer un CADAVRE dans ma salle de bain, surtout pas sous ma douche !

Ellie croqua une nouvelle chips.

-Il est vivant tu sais. Juste un peu drogué, en mode baveux et tout, comme Jo quoi.
-C’est encore pire ! Tu vas me faire le plaisir de l’enlever de là !
-Je le mets dans le placard ?
-TU LE SORS DE CHEZ MOI.

Allons bon, voilà qui compliquait beaucoup ses plans. Ellie s’enfonça dans le dossier de sa chaise. A côté d’elle, dans son lit, Joshua bougea légèrement et poussa un gémissement ressemblant fortement un « grbleu » en plus baveux.

Grbleu. En effet, eut-elle envie de lui répondre. Elle avait besoin de ce type. En effet, il s’agissait d’un homme qu’elle avait capturé lors de son dernier voyage à York Shin, avec l’aide (beaucoup) d’Irumi Zoldik. Ce type était le mercenaire d’une de ses cibles, une sorte de psychopathe cannibale qui achetait et revendait des organes. Les organes qu’elle avait durement volé à d’autres. Bien décidée à ne plus le laisser continuer, elle avait fait des recherches sur lui et garder sa victime en vie –juste droguée- pour qu’il puisse continuer à la fournir en information. Malheureusement elle n’avait pas la technique du Zoldik pour lui faire cracher le morceau, mais à force de persuasion et d’efforts, il avait tout de même fini par la lancer sur quelques pistes intéressantes.

D’abord la liste d’acheteurs d’organes. Puis enfin une date et un lieu. Ce soir, à Zaban. –Raison pour laquelle elle se trouvait chez son tuteur, domicilié dans la ville, plutôt que dans un hôtel. Mais elle commençait à dire que si Cornell la traitait comme une gamine, elle allait finir par y aller, dans un hôtel. Rien que pour avoir la paix.

Exaspérée, elle ferma le clapet de son ordinateur et se leva :

-Bien bien, je vais l’enlever de là puisque mon zombie te dérange TELLEEEEMENT !
-Oui, il me dérange. Merci. Et la prochaine fois, j’aimerais que tu fasses comme tout le monde et que tu me ramènes un chat ou un chien, à la maison, pas un mort.


Chochotte.

-C’est trop banal pour moi ça ! Mais j’y songerai. Dit-elle en lui faisant un petit au revoir de la main. –Utilise la salle de bain de l’étage en attendant, je prends celle-là, je sors ce soir je dois me préparer !

Cornell poussa un soupir, et elle l’entendit distinctement lancer à Joshua endormi :

-Mais comment tu fais pour la supporter ?

Comme s’il avait le choix. Ellie soupira alors qu’elle se dépêchait de rejoindre la salle de bain du rez-de-chaussée. Le couloir de la maison de Cornell ne ressemblait à aucun autre corridor, tous les murs étaient recouverts de bibliothèques, elle-même débordant de livres, et pour mettre un peu de lumière, le plafond avait été remplacé par une grande verrière de fer forgé soutenant des plaques de verres teintées. Des lampes pendouillant des poutres noires répandaient une lueur tamisée en ce début de soirée. Assez pour qu’elle y voir claire et s’arrête devant une bibliothèque particulière. Sûre d’elle, elle la fit coulisser, comme une porte. Derrière se trouvait la porte de la salle de bain entièrement recouverte de mosaïques dans les tons bleus.

Elle devait reconnaître une chose à Cornell, en plus de sa gentillesse, c’était un génie en architecture. D’un pas décidé, elle entra et se dirigea aussitôt vers la douche. Derrière un paravent. Creusé dans le sol, un trou, recouvert d’une grille de bois, servait à couvrir la baignoire enfouie, et servait de plancher quand on désirait simplement se laver sous le pommeau. C’était en dessous qu’elle avait planqué sa victime. Et apparemment, si elle en jugeait pas la main qui dépassait : l’homme avait essayé (ou réussi) d’attraper la cheville de Cornell. L’eau lui tombant dessus le sortant probablement de son bad trip liés aux drogues.

Comme Ellie aurait aimé voir la tête de son tuteur quand des doigts lui avait saisi la cheville pendant sa toilette ! Mais bon elle avait été « disputé » comme une ado à cause de lui, aussi, lui envoya-t-elle durement :

-Apparemment vous gênez ici, je vais devoir vous trouver une autre planque.

Elle ne s’attendait pas à ce qui lui réponde :

-Pourquoi ne me tuez-vous pas ? Vous êtes avec ce Zoldik non ? Les Zoldik ne laissent jamais de témoin, je le sais…
-Je ne suis avec personne et je vous tue si j’en ai envie. Or là, vous m’êtes plus utile vivant, que mort.


Il y eut un blanc, et Ellie en profita pour se diriger vers l’armoire, située près des lavabos, pour choisir sa tenue de ce soir.

Il fallait qu’elle soit prête : après des jours (et quelques nuits) de recherches internet sur les gens qui avaient achetés les organes, et le commanditaire de tout cela, elle avait enfin trouvé un lien. Ce soir se préparait une sorte de vente aux enchères secrète. Une réunion entre cannibales où chacun troquaient, achetaient ou vendaient des morceaux de cadavres à leurs congénères. Ellie avait déjà vu ce phénomène : mais sur internet, une sorte d’ebay où les pédophiles s’échangeaient leurs enfants-jouets. Mais jamais avec des cannibales. Apparemment, il faut de tout pour faire un monde !

En tout cas, elle était bien décidée à s’inviter à cette petite fête. Tenue de soirée exigée et cadeau de bienvenu obligatoire.

Ce type serait son laissez-passer.

-Vous êtes un monstre, comment pouvez-vous accepter de travailler avec ces assassins ? Ils tuent pour de l’argent !

Ellie se retourna vers sa victime : il commençait sérieusement à l’agacer. Elle le rejoignit en trois pas et se pencha vers lui pour lui lancer un regard hautain :

-Au moins ont-ils une raison pour tuer des gens. Moi je n’en ai absolument aucune. Alors taisez-vous avant que je vous trouve plus utile mort que vivant.

Ce qu’elle disait, elle le pensait. Néanmoins agacée d’avoir à le dire et donc se souvenir à quel point elle devenait monstrueuse de jour en jour, elle tourna des talons et reprit ses recherches vestimentaires. Son prisonnier sembla calmé, ou peut-être, se doutait-il plus ou moins de son sort, car il ne prononça plus un mot.

Finalement la jeune femme opta pour une robe de soirée pas trop aguicheuse. Principalement noire, seulement ornée d’un petit ruban corseté au niveau de la taille, elle offrait une possibilité de mouvement proche des tenues de combat. Pas de dos nu, juste de la dentelle rouge, elle pourrait donc porter un soutien gorge. (Si jamais elle devait fuir en urgence, cette précaution était salvatrice). Puis la coupe s’arrêtait juste en dessous des genoux, elle avait les chaussures parfaites pour aller avec, des ballerines rouges, pas de talon.

L’ennui, après, c’était ses cheveux. Elle pouvait les nouer en un chignon tressé, pour ne pas être gênée par leur longueur, mais leur couleur particulière attirerait fondamentalement le regard. Avec Cornell et Joshua si proche de ce nid de vipère, elle ne désirait pas les entraîner dans son combat stupide contre la li de l’humanité. Aussi, Ellie prit la teinture rouge. Rouge sang. Douce ironie.

Ce soir, ce serait la fête, rendez-vous au restaurant "Sur le grill" pour un rendez-vous de cannibales anonymes.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Läyan Lucifer
Femme du Boss
Femme du Boss
avatar

Messages : 99
Xp : 74
Date d'inscription : 18/10/2014
Age : 23

Feuille de personnage
Groupe: Brigade Fantôme
Type de Nen: Spécialisation
Relations:

MessageSujet: Re: Canni-Bal [PV Ellie/Irumi + Entrée Libre]   Mer 12 Nov - 22:21



- C’est pas une bonne idée Lay’ ! T’as déjà jeté un chat dans un enclos de chien des neiges ? Bah le chat il survit pas longtemps, alors fait moi plaisir Lay’, jette cette robe de soirée qui te moule trop et rentre dans ton petit chez toi attendre ton mari chéri pour faire des trucs que j’ai pas envie de savoir.
- Ferme là un peu !

Enième querelle de Katsuo et de Koryuu. Il n’en fallait pas beaucoup pour que les deux spectres se disputent, mais le sujet d’aujourd’hui était une bonne raison, pour une fois. Cela faisait peu de temps que Läyan avait intégré la Brigade Fantôme – et avec quel titre «  Femme du Boss » rien que cela – mais avec sa carrure de jeune femme fragile et maigre capacité, elle ne doutait plus qu’elle devait prouver à ses camarades de quoi elle était capable. Cependant, Kuroro n’avait pas d’ordre de mission et après les avoir réuni pour leur présenté la nouvelle venu et pour leur signaler son grand retour – la médium pensait que c’était particulièrement pour cette raison qu’il les avait réuni et non pour son charmant petit minois, cela aurait été trop …. Etrange. – Il les avait laissé partir. La brune aurait pu rester patiemment chez leur « maison » improvisé dans la ville de détritus ou alors suivre vaillamment son époux dans ses déplacements, mais quelques choses d’autre l’avaient attiré dans la ville de Zagan.

Bien que premièrement de passage dans charmante petite ville, les morts avait subitement attiré son attention. Un petit crieur mort depuis des siècles déjà c’était mis à crier aux oreilles de tous les nouvelles fraiche d’un homme mort depuis peu. Celui-ci se plaignait de ses collèges incompétents qui l’avaient poussé à mourir pour servir de plat de résistance à une soirée assez spéciale dans un lieu tout aussi spécial. Le retrouver fut aisé, mais demander gentiment au petit crieur sans attirer l’attention des vivants fut plus compliquer.

- Si ma mémoire est bonne – commença Yukihime – Cet homme était à la solde d’un homme riche, fasciné par le goût de la viande humaine.
- Et tu veux aller dans un trou remplie de cannibale, Lay’ t’es sérieuse ? – Intervins Katsuo, excédé.
- Donc … Outre pour prouver ta bravoure à tes nouveaux camarades, et te connaissant, je sais que ce n’est pas le cas, pourquoi veux-tu t’y rendre ?
- Le mort nous à parler des yeux de Kuruta qui seront mise en vente ce soir, j’aimerai mit rendre et ramener ses yeux à la Brigade.
- Tu es au courant que si ses 36 paires sont dans la nature actuellement, c’est parce que Kuroro les a revendues. Tu t’es pas dit que s’il les a vendus c’est qu’il y avait une raison ?
- Je sais Katsuo – fit-elle en soupirant – mais les yeux écarlates attirent une personne spéciale pour la Brigade.
- Et tu comptes faire quoi si tu tombes sur le petit blondinet qui à enchainé le cœur de ton cher petit mari ?
- Il ne me connaît pas et je n’ai même pas encore le tatouage de la Brigade, ne t’inquiète pas pour cela Katsuo, je suis persuadé que tout se passera bien.
- Si tu te fais pas bouffé entre temps, ouai…

Un « Ferme-là » retenti sans que la jeune mariée n’y prêta attention. Même si ce qui allait se déroulé dans le restaurant «  Sur le grill »- dont le nom laissait assez à désirer si l’on comptait ce qu’on allait faire grillé – Relevait d’une balane dégustation et une petite vente aux enchères pour les meilleures pièces qu’on pouvait trouver dans le corps humain à ses bouchers effrayants qu’on avait peine à imaginer, la tenue de soirée était de mise et Läyan ne pouvait y faire abstraction.

Songeant d’oublier ce qu’elle allait voir, et surtout ce qui allait être mis en vente, elle fouilla dans ses sacs en papiers pour trouver la petite robe bleu nuit qu’elle avait acquis le jour même. Quand elle eut enfin trouvé le large sac de papier blanc et noir sur lequel était inscrit le nom d’une marque peu connue – ce qui valut le faible prix de la robe – elle put enfin agripper cette dernière et y jeter un dernier coup d’œil avant de l’enfiler. Elle n’était pas certaine d’avoir fait le bon choix, après tout à chaque fois qu’elle avait assisté à ce genre de petite réunion c’était vêtu d’un kimono trop serré et elle y restait toujours peu de temps. Bien que Yukihime l’eut aidé pour le choix de cette robe de soirée simple et discrète, cerné de petite étoiles à la taille pour la mettre en valeur, la médium vain à se demandé si la jeune reine, mort depuis des siècles avait raison.

- De toute façon, il est trop tard pour reculer. – soupira-t-elle.

Elle laissa tomber son peignoir au sol et enfila sa tenue de soirée. Dans le même sac se trouvait des gants de velours, de la même couleur que la robe, qui semblait couvrir ses bras jusqu’au coude. Ce qu’il fallait pour masquer ses cicatrices. De ses cheveux sombre, elle en fit une simple tresse qu’elle garda dans son dos, ainsi natté ses derniers ne la gênerai pas pendant la soirée et cela lui permettrai de voir quelques chose en cas de fuite. Elle jeta un coup d’œil au grand miroir qui se trouvait dans un coup de sa chambre d’hôtel, elle se trouvait jolie. C’était si rare pour elle, de se voir ainsi vêtu, de voir son reflet lui sourire et surtout, de se trouver jolie à regarder, elle qui c’était toujours trouver trop pâle et maigre pour plaire, et pourtant…

- Juste comme ça – repris Katsuo, qui c’était visiblement calmé après cette défoulé sur le pauvre Koryuu, quelques minutes auparavant – T’as pensé à prévenue Cher et Tendre. Bon après je dis ça, je dis rien hein …

Kuroro. La médium aurait aimé qu’il la voit ainsi et surtout, qu’il lui donne son avis. Etait-elle jolie. Passerait-elle inaperçue. Elle voulut qu’il soit à ses côtés ce soir, pour entreprendre cette mission précieuse. Qu’il lui donne son avis, sans doute, sur cette idée qui maintenant lui paraissait folle. Il devait encore se trouver à Zagan, car elle était venu avec lui, mais c’était-il inquiété de la voir partir soudainement, avec seulement quelques mots pour au revoir. Elle s’approcha de son lit, saissit son portable.

Aucun Message.

Visiblement, il ne s’en inquiétait pas. Läyan ne réagit pas, mais au fond elle, elle était un peu peinée de ne pas recevoir de message de son époux. Etait-ce donc le contraire ? Lui faisait-il entièrement confiance ? Sur cette terre, il était le seul être vivant à connaitre l’entièreté de ses capacités, mais il devait surement se douté qu’elle était encore trop faible pour pouvoir les utilisé pleinement. A deux mains, la petite brune écrit doucement :

«  J’ai des informations sur des yeux écarlates qui pourrait finir par attirer le type à la chaine. » Elle effaça ce qu’elle venait d’écrire et recommença «  Je ne rentre pas ce soir, quelques chose m’intéresse au restaurant «  Sur le grill ». Je tien au courant. Bisous ».
Le « Bisous » était surement de trop, mais le message était déjà envoyer. Läyan inspira profondément. Il était bientôt l’heure. Fort heureusement, le restaurant était à deux pas de son hôtel. Elle s’assit sur son lit pour enfiler une paire de talons et marcha d’un pas décidé vers la sortie.

- Et tu comptes mettre ton portable et tes clés dans ton soutif ? – Fit soudainement la voix de  Katsuo.

Elle fit volteface et trottina pour retourner prendre une petite pochette.

- T’ai-je déjà dit que tu es folle, Lay’ chérie ?

~
Bon. Ce qu’avait oublié de précisé le fantôme, c’est qu’il fallait apporter un petit cadeau pour entrer. Charmante idée pour garnir le buffet, moins pour les petites demoiselles voulant infiltrer les gourmets. Läyan c’était caché dans une petite ruelle sombre après c’être faite refoulé, prétextant qu’elle avait oublié son présent dans sa voiture. Katsuo avait bien rit d’elle, mais depuis, elle n’avait pas arrêté de réfléchir à comment entré. Elle aurait essaiment put traverser les murs, mais elle ne savait pas sur quoi elle allait déboucher, et comment ne pas créer la panique quand on voit une fille à l’allure fantomatique débarquer dans une salle en traversant les murs.

Elle se mordit les lèvres. Allait-elle déjà échoué à sa première mission, enfin si on pouvait appeler cela une mission. Tout d’un coup, un claquement de porte de voiture attira son attention. Quand elle tournis la tête et vit un homme bien habiller en descendre, avec un petit paquet à la main, cela sonna comme une évidence. « Mais bien sûr ! Que je suis sotte ! », la médium pouvait, une fois ses bras nu, traverser les murs, mais également traverser et possédé les corps. Et devant ses pauvres mortels, le Haunted fonctionnerait sans qu’elle n’ait besoin de faire le moindre effort. Un grand sourire se dessina sur son visage et comme si tout avait été écrit, une voiture noir arriva au loin. Elle retira ses gants et ne partis pas un instant pour utiliser son nen et se rentre translucide. Vivement, mais marchant sur la pointe des pieds pour ne pas que ses talons claque sur le sol et ne signale sa présence, la jeune femme parcourue le parking. Traversant les voitures comme si elle n’était pas là, s’accroupissant à travers la dernière pour se dissimulé aux yeux du conducteurs manœuvrant, elle n’eut cas attendre que la voiture se gare pour bondit sur la plage arrière et possédé celui si trouvant.  

C’était un homme. La cinquantaine. Les épaules larges et un petit ventre à bière. Sa mémoire dit à Läyan, que cette petite convention n’était pas la première du vieil homme et au gout de ce dernier, surement pas la dernière. Dans le petit paquet se situant dans ses larges mains, se trouvait des cœurs de nourrissons, sur lesquels il avait salivé pendant tout le trajet. Il ne visait pas les yeux de Kuruta, mais plutôt les pièces dont il connaissait le goût et la chair tendre qu’il pourra décrusté pendant la soirée. La plupart des souvenirs de cet homme était juste repoussant. Il se délectait des grimaces de ses victimes, riait devant les cris de douleur des enfants et son plat préféré restait sans conteste les fesses de petites filles, d’après lui toujours plus charnue que celle des garçons. Abjecte. Läyan songea qu’il aurait pu s’agit d’un grand père banal, si on ne découvrait pas son terrible hobbit, bien entendu.

Le corps et l’esprit de l’homme désormais sous son contrôle. Läyan le força à se lever et à se diriger en souriant vers l’entrée du restaurant. De là, elle n’eut aucun mal à passer les vigiles. Un petit sourire et un présent leur suffit pour laisser passer le vieil homme. Du monde semblait déjà être présent, hommes et femmes de tout âge c’était donner rendez-vous dans le plus grand secret. Heureuse de voir que toutes les générations étaient présentes, la jeune femme se mit à chercher un endroit discret pour sortir du corps du cannibale, dont son pouvoir la forçait à partager une vie qu’elle ne désirait pas connaitre plus que nécessaire. Ce fut un immense soulagement pour elle de trouver ce qu’il semblait d’être un placard à balai à côté des toilettes pour femme. Ainsi, le vieillard ne pourrait jamais se douté qu’il lui est arrivé quelques chose. Avec le moins d’empressement possible, elle se dirigea vers le dit placard et lui tourna le dos.

Il ne lui fallut que quelques instants pour glisser en dehors du corps de l’homme, passé à travers la porte close et se retrouver dans le noir, entouré par les balais et les serpillières sales. Tandis que Läyan se dit que le restaurant devrait sérieusement changer le personnel de ménage, l’homme qu’elle avait possédé se réveilla soudain. Il avait du mal à se souvenir être entré, même être descendue de sa voiture, par contre il se souvenait clairement avoir sentie un vent froid s’insinuer en lui. Etait-ce un signe ? Il se retourna. Rien. Juste une porte fermer. Il haussa les épaules et décida d’aller profité du buffet proposant des amuses gueules fort attraillante, tandis que des toilettes des femmes sortie une petite femme vêtue d’une robe bleu nuit, discrète, mais sympathique. «  Que la soirée commence ».

- Lay’, t’es taré.
- Tais toi Katsuo, je n’ai pas envie de t’entendre radoter toute la soirée.
- Commence pas Koryuu. T’es déjà assez insupportable en temps normal.

 


Mlle Cookie
Mangez-moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feitan
Gardien de la Sainte Culotte du Boss
Gardien de la Sainte Culotte du Boss
avatar

Messages : 30
Xp : 20
Date d'inscription : 05/11/2014
Age : 26

Feuille de personnage
Groupe: Brigade phatom
Type de Nen: Transformation
Relations:

MessageSujet: Re: Canni-Bal [PV Ellie/Irumi + Entrée Libre]   Ven 21 Nov - 17:30

Un mal bien étrange avait envahi les araignées, un silence pesant oeuvrait pour leurs plus grands malheurs. C'est là que l'un d'eux le sourire aux lèvres arriva dans la salle où tout le monde était présent. Shalnark avait eu vent d'une affaire tout a fait intéressent, une affaire qui n'allait pas tomber dans l'oreille de sourd surtout parmi la brigade. Il y avait qu'une chose qui leur avait mis la puce à l'oreille la vente aux enchères des yeux des kurus . Une seule idée était venue dans toutes les têtes, le type à la chaine serait surement là-bas. C'est là que des disputes éclatèrent à savoir qui irait chercher ses yeux et surtout qui affronteraient le blondinet. Mais comme les bagarres son interdit entre membres des Genei ryotan Le jeu de pile ou face fit organiser. Le plus chanceux se joue la fut Feitan qui fut victorieux face à Phinks.



Il ne tarda pas à se mettre en route pour le jour J, quitte à aller à cette drôle de vente il allait profiter pour en plus de tuer le type à la chaine volé les yeux afin d'ajouter cela à leur collection même s'ils avaient déjà un exemplaire. Avant cela il lui fallait une invitation avant de partir Shalnark avait réussi à obtenir une liste des invités avec quelque renseignement en plus histoire de rendre une petite visite à l'un d'eux pour lui prendre son invitation.



On lui avait bien dit quand plus de venir tiré par quatre épingles qu'il lui fallait trouver un plat pour les autres convives. Il en avait rien à faire des autres lui ce qu'il voulait était de se battre contre Kurapika rien d'autre. Mais bon puisqu'il fallait en passer par la autant le faire. Il avait déjà dû Porter un costume le jour de la vente aux enchères de York Shin City, ce n'était pas bien pratique pour bouger puis dans ce genre de tenue il ne pouvait pas emmener son ombrelle cela n'était pas vraiment "normale". Dans un premier temps il devait choisir parmi la liste une personne à qui il allait subtiliser l'identité. Peu importe il en choisit un qui était au plus près. Il arriva dans la maison de l'homme impossible de prévoir qu'il était un cannibale, il ressemblait à n'importe qui et habitait comme tout le monde de la bourgeoisie.



L'homme en noir attendit paisiblement que l'homme revienne dans sa demeure, il avait déjà tué les gens au service de cet homme. Le noir était insondable quand le bourgeois entra chez lui. Il n'euteu pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait qu'il eût déjà la tête tranchée . Le sang coulait calmement sur le sol blanc, le tueur avait l'invitation dans la main il le regardait amuser de cela. Il ne savait pas plus ou il l'avait lu mais il lui semblait que parmi les morceau de viandes chez l'homme les joues étaient les meilleurs. et quoi de mieux pour la population que celles d'un homme bien portant le seul point négatif était la cuisine, la cuisine ce n'est pas son truc, mais avant de s'occuper de cela il y avait un drôle de bruit qu'il entendait depuis un petit moment.



En descendant dans la cave il put voir de nombreuses cellules avec des gens dedans de jeunes filles pour la plupart à peine âgées de 16 ans. Il passa au milieu de ses jeunes femmes telle une ombre. Personne ne le regardait mais comment le pouvaient telles elles avaient tout perdu la vie certaine avaient explosé leurs cranes contre le mur pour choisir leurs morts, d'autres s'était donné la mort par asphyxie et certaine avait mordu leurs veines mères pour saigner à mort. Parmi l'odeur de décomposition et de sang, il resta là une jeune fille qui regarda droit dans les yeux Feitan. Il la laissa la ce soir elle allait pouvoir faire comme bon lui semblerait quand la folie comblera le bâtiment.



Le lieu de rendez-vous était noté sur l'invitation un restaurant " Sur le grill" encore une belle idiotie. Le petit homme ne savait pas que sur les lieux il allait rencontrer deux autres personnes auxquelles il ne s'attendait pas du tout. Le soir même il avait enfilé un costume trois-pièces puis il avait mis les joues de l'homme dans une boîte de congélation, puis il avait utilisé la cage qu'avait préparée l'ex vivant pour mettre la jeune fille dedans. Il n'avait pas beaucoup de chemin mais il prit la voiture de l'homme pour ramener ses cadeaux.



Face à l'homme à l'entrer Feitan donna l'invitation ainsi que les deux cadeaux qu'il proposait, il avait dit quelques mots pour l'homme puis il entra dans le restaurant. Il n'était pas prêt à manger ici surtout sachant que parmi les plats certain pouvaient être des habitants de la ville météore. Il n'eut pas vraiment de mal à ce mêler aux personnes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie Lévy
Admin' préférée
Admin' préférée
avatar

Messages : 69
Xp : 70
Date d'inscription : 18/10/2014

MessageSujet: Re: Canni-Bal [PV Ellie/Irumi + Entrée Libre]   Sam 6 Déc - 20:53

Ellie se trouvait face à un dilemme. Ou plutôt un cas de conscience : après tout un dilemme n’en devenait un que s’il y avait plusieurs choix s’offrant à elle. Or, ici, il ne s’agissait pas de ça.

Son fidèle zombie, prisonnier dans la salle de bain de la maison, allait devoir la quitter. De la mauvaise façon. Il fallait un cadeau pour pouvoir intégrer le bal. Et Ellie n’avait pas le temps, ni l’envie de partir en chercher un autre alors qu’elle en avait déjà un. L’ennui, c’était qu’Ellie ne tuait que les ordures ou en cas de légitime défense.

Assise dans la salle de bain, en robe de soirée, face à sa victime droguée et coincée dans la fosse d’évacuation, et bien…Elle ne pouvait pas vraiment dire qu’elle craignait pour sa vie. En vérité, elle se révélait être la seule menace dans cette pièce. A la limite, lui, pouvait lui piquer son excuse s’il la butait elle. M’enfin, Ellie doutait qu’il y parvienne.

Il ne survivrait pas à son kidnapping. La jeune femme le savait –elle le prévoyait depuis un moment. Cela n’empêchait pas que ce fait la travaillait. Il y avait une différence entre tuer un salopard de mafieux et tuer un mercenaire juste engagé par la mauvaise personne.

En plus, la jeune femme avait mené son enquête sur son otage –elle aurait mieux fait de s’abstenir. Hunter, il était marié et avait deux enfants.

Il y avait une grande différence entre tuer un salopard de dealer et un père de famille.

Peut-être…peut-être pouvait-elle juste lui couper un morceau de corps –pour le prix de passage au bal. Puis elle l’enverrait drogué prendre l’avion, et…

Qui essayait-elle de leurrer ? Il suffisait de regarder sa victime droit dans les yeux pour savoir qu’il ne l’oublierait jamais, qu’il n’aurait de cesse de se venger. Il connaissait son visage, et celui de Cornell. Il connaissait sa maison. Il devenait dangereux, c’était Elle ou lui.

En plus, un mercenaire amputé ne valait absolument plus rien, sa vie s’achèverait tout autant psychologiquement. Mieux valait se montrer magnanime.

Cela n’empêchait pas Ellie de se sentir mal à cette simple idée. Inspirant profondément, elle se promit une chose : la famille de sa victime ne resterait pas dans le doute. Elle n’avait pas besoin de la tête, après tout. Il suffisait de la trancher et l’envoyer là-bas. Peut-être que sa femme serait traumatisée en ouvrant le colis, mais elle allait pouvoir toucher une assurance, une prime de décès, se nommer veuve.

C’était tout ce qu’Ellie pouvait lui offrir comme réconfort. Son mari stupide s’était attaqué à la mauvaise personne. Qu’elle s’estime heureuse, Les zoldik ne se seraient sûrement pas donné tant de mal.

La mise à mort se déroula sans encombre et rapidement. Il lui était facile de tuer les infectés déjà à sa merci. Un caillot dans le sang, qui passe dans le cœur et gonfle jusqu’à boucher une artère et en quelques minutes…ça s’achevait. Aussi simplement que ça.

Le découpage en revanche, Ellie n’en avait pas l’habitude –et elle se dit qu’elle aurait mieux fait de se changer après sa besogne faite. Mais encore une fois son pouvoir lui évitait de se tâcher. Moins de vomir. C’était juste dégoûtant. Mais bon, la salle de bain restait l’endroit le plus pratique pour dépecer un corps, elle préviendrait Cornell à ce propos.


Après avoir mis ce qui restait du mercenaire dans une glacière –et la tête dans un colis préparé au préalable. Ellie vérifia sa tenue -parfaite, elle ne voulait pas se vanter, mais elle bien sexy et en plus, dans une robe pratique pour un hypothétique combat, cela n’arrivait pas assez souvent à son goût.

Ellie s’assura n’avoir laissé aucun indice –on était jamais trop prudente- ni sur les corps, ni sur le carrelage…Puis sortit avec ses affaires avec l’air d’une étudiante s’apprêtant à partir pour sa première soirée de l’année.

Cornell l’attendait dans le hall d’entrée et s’il esquissa un geste pour l’engueuler –il devait vraiment adorer la gronder, vu l’application qu’il mettait à lui trouver des défauts – mais s’arrêta la bouche ouverte.

-Tu vas gober une mouche. Lui envoya-t-elle, prévenante –Elle s’inquiétait pour lui et sa santé, en bonne petite fille adoptive.
-Je…heu…Tu…
-Il, nous, vous, ils… ?


Cornell secoua la tête, perturbé et Ellie ne put s’empêcher de sourire. Il avait l’air embarrassé par sa tenue. Pourtant il lui en avait offerte, des robes avant. Il lui avait demandé plusieurs fois de s’habiller comme une femme de son âge.

-Tu es ravissante Elizabeth. Finit-il par murmurer dans un soupir presque ému.

Ellie grimaça à l’entente de son prénom, mais elle s’arrogea un sourire et fit une révérence gauche –avec ses paquets, cela n’était pas facile.

-Merci, maintenant je dois y aller j’ai une soirée, on m’attend.
-Je m’en doute, tu ne t’es pas habillée comme ça pour mes beaux yeux.

Il ricana et se repositionna sur sa canne.

-Je suppose que je ne veux pas savoir où tu vas, ni ce que contient ces trucs ?

Il avait l’air de savoir parfaitement tout ça, dans son regard, Ellie lisait de la tristesse.

-Bingo.

Il soupira.

-Je dois être le seul père de famille à souhaiter que sa fille parte à une soirée étudiante, remplis de garçons de son âge, et qu’elle rentre complètement bourrée.
-Je peux rentrer bourrée et enceinte s’il n’y a que ça pour te faire plaisir.

Il ricana, et sans crier garde, il la prit dans ses bras et la serra tendrement.

-Ne t’attire pas d’ennuis. Ne fais pas de bêtise plus grosse que toi. Reviens en vie.

Ellie retint la remarque « oui, papa ! » ironique, la gorge serrée. Elle savait que Cornell ne faisait que projeter sur elle les sentiments qu’il avait pour sa vraie fille. Il n’empêche que l’attention, le geste, lui donnait la nausée et lui nouait les entrailles. Elle mit fin au contact avant de se sentir mal et hocha du chef.

La nuit était fraîche et le ciel couvert par les nuages : on ne voyait aucune étoiles, les astres trop éblouis par les lueurs de la ville, fuyaient la région. Elle abandonna son colis dans une boîte au lettre près du restaurant –que ça retombe sur les cannibals si jamais la police pistait le courrier. Puis elle remit en place son manteau et se dirigea vers la fête.

La vigie ne lui posa aucun problème : Ellie connaissait son histoire, sa fausse identité, et elle lui montra le cadeau.

La salle de bal avait l’air d’un décor de cinéma avec des carreaux e mosaïques au sol, un lustre, un grand escalier en colimaçon menant au buffet, et des arches longeant la piste de danse. Elle repéra un balcon au second étage, où se trouverait très certainement le commissaire priseur de la vente aux enchères. Un écran avait été tendu au dessus des escaliers, pour présenter les lots.

La jeune femme déposa son présent sur la pile à l’entrée, là où patientait tous les autres, puis, silencieusement, elle se fondit dans la masse.

La chasse débutait.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Läyan Lucifer
Femme du Boss
Femme du Boss
avatar

Messages : 99
Xp : 74
Date d'inscription : 18/10/2014
Age : 23

Feuille de personnage
Groupe: Brigade Fantôme
Type de Nen: Spécialisation
Relations:

MessageSujet: Re: Canni-Bal [PV Ellie/Irumi + Entrée Libre]   Sam 6 Déc - 20:58



Tout semblait étonnamment bien fonctionner. Les convives  qui n'avaient qu’à peine remarqué la présence de la frêle jeune femme, lui avaient sourie et invitée à discuter. Si beaucoup semblait déjà se connaitre, Läyan perçut quelques bribes de conversation témoignant d’une banale présentation. Famille, amis, pièce préférée, lots convoités, elle arriva même à capter les détails d’une recette de cuisine que se vantait d’avoir hérité de sa mère une jeune noble, dont le corps quelque peu rondelet, témoignait d’un excès de gourmandise n’en finissant plus. L’homme avec lequel elle discutait jusqu'alors la ramena sur terre. Cet homme, d’une trentaine d’années tout au plus, l’avait abordée alors qu’elle contemplait le buffet macabre auquel elle avait voulu assister. Refusant obstinément d’y toucher, osant à peine prendre un verre de vin pour se désaltérer. Si elle l’avait simplement croisé dans la rue, jamais elle n’aurait cru que ce charmant jeune homme, avec ses cheveux dorés et ses yeux noisette, était un cannibale aguerris, friand de la chaire de jeunes femmes à peine sorti de l’adolescence. La médium en avait plus appris sur les cannibales en à peine une heure qu’elle n’aurait souhaité l’être et souhaitait oublier au plus vite tous les petits détails que se plaisait à lui raconter son interlocuteur.

Läyan commençait à regretter de s'être introduite en ses lieux. Ses esprits gardiens, eux, étaient déjà partis à la recherche d’informations utiles. Yukihime essayant de capter quelques paroles utiles, Koryuu explorant les zones réservées au personnel et Katsuo restant à ses côtés, la protégeant des quelques fantômes qui hantaient les lieux. Elle aurait aimé prendre sa place et disparaître aux yeux de tous pendant quelques heures, lui qui avait eu tellement raison finalement. Lui, il riait. La situation l’amusait en fin de compte et il aurait bien voulu continuer à observer la jeune femme se démener à accomplir sa petite mission, mais la situation était étrange. Trop étrange. Si peu de revenants dans une convention de cannibale, le lieu où il était le plus probable de trouver une armée de fantômes en larmes, déplorant leurs fins atroces en se pendant au cou du moindre passant,  et seulement trois pauvres spectres dans les locaux. Cela n’avait aucun sens. Le fantôme, dont l’aura noire avait le don de faire reculer les esprits les plus faibles, se doutait que quelque chose se tramait. Il avait beau humer l’air ambiant, il ne perçut rien, aucune odeur susceptible de lui glisser quelques informations utiles. Maudite mort. Sale ange noir l’ayant privé de ses sens. Il n’était pas bon à grand-chose sans corps ni sens pour prévenir cette chère petite princesse qu’il avait promis de protéger.

Koryuu finit par revenir à ses côtés, traversant quelques invités sans prendre la peine de les esquiver. Bien que ce maître du nen n’appréciait pas forcement le garçon et sa tignasse argenté, il ne pouvait qu’admettre qu’il excellait dans son domaine. Jadis, il avait été un hunter de talent. Fidèle serviteur, allié de choix, ce petit expert en relique ancienne se révélait être un aussi bon pisteur qu'il l’avait été pendant sa jeunesse. C’était peut-être pour cela qu’il lui arrivait de le haïr, pour son talent ? Ou alors, c’était à cause de son charmant petit minois, qui le rendait juste mentalement insupportable. Le style de belle gueule qui donnait envie de le gifler pour voir s’il serait toujours aussi mignon avec une trace de main sur la joue. Le maître du Casino dû refréner un sourire à cette charmante pensée. Réservant un petit plan vicieux pour plus tard quand ils auraient tous quitter les lieux. Katsuo chassa ces pensées – pourtant si charmantes - jetant un bref coup d’œil à Läyan et au blondinet que ne cessait de se rapprocher d’elle, il se hâta d’interroger son camarade.

- Tu as trouvé quelques choses ?
- Les couloirs forment un vrai labyrinthe, mais je pense avoir trouvé où ils entreposent les lots des enchères. Cependant, je n’ai pas pu me rendre jusqu’au bout du couloir sans craintes de devoir puiser sur les ressources de Läyan.

Les deux spectres regardèrent de concert les bras de la jeune femme. Recouverts par de grand gants bleu nuit pour masquer les cicatrices abominables, venant d’un passé mouvementé. S'ils allaient trop loin, ils devraient puiser sur les réserves de Läyan, faire apparaître le chapelet pourpre et alors ils rajouteraient d'autres cicatrices à sa douloureuse collection.

- Si elle se rapproche un peu, cela t’aiderait ?
- Je ne sais pas. – Il laissa un silence. Comme souvent lorsqu’il se perdait dans ses pensées, alors que Katsuo ouvrit la bouche, il reprit sans lui jeter un regard – Quelque chose ne va pas là-bas. C’est trop calme.
- C’est ce que je me disais ici aussi.
- Essayons de nous rapprocher. Au pire, nous n’aurons qu'à escorter Läyan là-bas.
- Vendu Petit Prince – L’ancien hunter eut une grimace à l’entente de ce surnom – Je vais chercher Yuki’. On se retrouve tout à l’heure.

S’il avaiit pu, le jeune homme l’aurait étranglé, frappé, assommé, tiré une balle dans le genoux si c’était encore possible, mais il soupira. Il soupira plusieurs fois pour se contenir, jugeant que ce n’était pas le moment de se battre pour une chose aussi futile. Läyan avait besoin de lui, c’était plus important.

- Je vais vous abandonner mon bon monsieur.
- Déjà ? Mais ne profitez-vous donc pas des enchères ?

Le jeune homme la regarda avec des grands yeux. La brunette se doutait qu’il craignait plus qu’elle quitte les lieux et qu’il ne puisse plus lui parler autant qu’il le voulait, qu’il ne s’inquiétait de sa présence aux enchères. Cependant, la jeune femme avait depuis longtemps appris à trier les conversations qu’elle entendait. Noyée dans un brouhaha sans nom depuis sa plus tendre enfance, bercée entre les horreurs des vivants et les tendres histoires des morts, ou l’inverse, ce n’était qu’avec le temps que Läyan avait réussi à faire la part des choses, à se détacher de tout ce qu’on disait pour se concentrer sur l’essentiel. Ecouter la conversation de ses esprits gardiens, tout en faisant mine d’écouter le monologue du blond n’avait été qu’un jeu d’enfant. Sans compter que le trentenaire entretenait très bien la conversation tout seul.

- Ne vous inquiétez pas. Je reviens. – Lui sourit-elle.

Satisfait de savoir qu’elle reviendrait écouter la suite de ses histoires, il la laissa partir en souriant. Se retournant vers le buffet pour déguster quelques phalanges, faisant office d’amuse-gueule. Läyan le fuyait. Elle remercia au moins une centaine de fois le hunter d’avoir besoin qu’elle se déplace. Comment aurait-elle put supporter ses histoires de dégustation d’orphelins plus longtemps ? Entre les morts, cracher des ignominies était une chose. L’entendre de la bouche d’un vivant en était une autre. Elle esquiva de justesse un invité, frôlant les murs en espérant ne pas se faire remarquer et écraser comme une vulgaire mouche. La scène où se déroulerait les enchères n’était qu'à quelques mètres, la porte conduisant aux couloirs réservés au personnel aussi.

- Hey Läyan ! Tu sais quoi ?

Katsuo bondit de la foule en hurlant, grand sourire. Un tel élan de joie était si rare et si spontanée que la jeune femme sursauta. Elle ne se doutait pas qu’en allant chercher sa partenaire, le fantôme s’était fait traverser par une drôle de personne. Une personne tellement chaleureuse qu’il n’eut aucun mal à reconnaître. Se réjouissant de la présence d’un petit homme, un partenaire inespéré, un allié rêvé, il s’était précipité vers la médium pour lui dire qu’elle n’était plus seule, abandonnant la pauvre Yukihime qui n’eut même pas le temps de comprendre le pourquoi, du comment...

La jeune femme eut a peine le temps de retrouver contenance, elle eut à peine le temps de souffler, qu’à travers le corps trouble du fantôme elle discerna ses traits. Elle eut du mal à le reconnaître, certes à cause de sa vue troublée par le fantôme, mais surtout parce qu’elle ne l’aurait jamais imaginé portant un tel tenue. Mais il n’y avait aucun doute, c’était bien lui.

- Feitan. – Dit-elle, les yeux emplie de surprise.
 

HRP:
 


Mlle Cookie
Mangez-moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feitan
Gardien de la Sainte Culotte du Boss
Gardien de la Sainte Culotte du Boss
avatar

Messages : 30
Xp : 20
Date d'inscription : 05/11/2014
Age : 26

Feuille de personnage
Groupe: Brigade phatom
Type de Nen: Transformation
Relations:

MessageSujet: Re: Canni-Bal [PV Ellie/Irumi + Entrée Libre]   Lun 8 Déc - 9:28

Loin d'être causant le brun marchait afin de trouver un endroit ou il allait pouvoir observer sans problème les gens et surtout repérer le type à la chaine, mais il fallait préalablement traverser la masse humaine et surtout trouver un endroit surélever pour être tranquille. Une tranquillité qu'il ne put avoir facilement surtout du à un homme fin les yeux vert au au long cheveux brun en natte qui venait de le regarder étrangement puis était venu lui parler comme-ci tout deux se connaissait.


"Eh bonsoir, il me semble que nous nous somme déjà vu non? Vous êtes un habituer de se genre de réunion non? A moins que se ne soit lors d'une auscultation. En tout cas se qui est sur c'est que je vous ai déjà vu quelque part."


L'homme semblait en joie de le voir Feitan lui le regardait des ses pupilles noir, il l'aurait tuer sur le champs si cela ne mettait pas sa mission en danger. Il soupira puis ne répondit pas à l'homme, alors qu'un femme bien mieux portante que l'inconnue s'approchait demandant se que faisait un enfant ici. Un enfant rien que cela, cette fois Feitan ne se contenta pas de se taire et de tourner les talons.


"A votre place je me la fermerais car je risquerais de vous faire terminer dans l'estomac du reste des invités."


Il avait dit cela froidement et surtout avec son aura de meurtrier.La bonne femme ne souffla mots l'autre homme se mit à rire, mais se stoppa net quand le petit homme le regarda de la même façon puis il s'éloigna des deux abruties. Ces riches bourgeois qui pour se montrer différent devenait de plus en plus odieux à la face du monde et qui se donnais un genre de grand seigneurs, Feitan lui était un saigneur et il n'avait pas l'intention de partir sans avoir butter les personnes qui pourrait avoir vu son combat avec Kurapika du moins s'il venait car plus il marchait dans la foule plus il avait l'impression que se type n'était pas dans le coin? En retard surement du moins il l’espérait il n'avait pas fait tout cela pour rien comme même. Il trouva un endroit ou il allait pouvoir regarder tout ses abruties bouffer et parler du moins jusqu'à la vente au enchère, il pensait bien que le blond serait présent au moins à l'heure de la vente.


Parmi la foule il avait pu voir des aura familière surtout une qu'il n'avait pas rencontrer depuis longtemps, en regardant dans la salle afin de la repérer. Il fut surprit de voir qu'il s'agissait de Layan, mais qu'es qu'elle faisait ici? Il n'allait pas s'approcher d'elle si Kurapika les voyaient ensemble cela serait mauvais pour elle et surtout s'il voulait l'utiliser pour appâter le blond cela serait gâcher. Il resta alors sur son perchoir attendant l'heure. Il n'avait pas besoin de manger n'y même de boire, il s'était assez entrainer pour ne pas sentir le manque que pourrait avoir certain Hommes. Il se demandait tout de même pourquoi elle était la es le boss qui l'avait envoyer ? non ce n'était pas possible il aurait plutôt envoyer quelqu'un d'autre que elle. Elle devait avoir prit la décision elle même, se mettre en danger si facilement. Il soupira regardant la salle d'un regard vide, bordel il pensait que cela serait beaucoup plus amusent que d'avoir un troupeau de mouton sous les yeux. Il pensait qu'il aurait pu se battre contre le gamin rapidement foutre la fête en l'air et un plus d'avoir tuer le blond revenir avec les yeux Kuruta il pouvait facilement en tirer un bon prix. Il ne pensait pas du tout quand plus de la femme de Kuroro, il y avait aussi la voleuse d'organe. Encore une bonne camarade qu'il n'avait pas envie de voir, tout comme le reste de la brigade qui pouvait par envie se joindre à la fête.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Canni-Bal [PV Ellie/Irumi + Entrée Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Canni-Bal [PV Ellie/Irumi + Entrée Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter x Hunter RPG :: Mappemonde :: Zaban :: Restaurants et Boutiques-
Sauter vers: